À qui s'adresser en cas de violence familiale

Actualités

By Lesedi Thwala

14/07/2021

Subir de la violence peut être indéfiniment troublant et traumatisant, particulièrement lorsqu’elle est exercée par un proche.

Bien que vous puissiez vous sentir pris(e) au piège, il existe toujours un moyen d’en sortir et aujourd’hui nous aimerions discuter de certaines de ces options. Après avoir effectué un sondage, nous étions consternés de constater qu’une forte proportion des personnes ayant répondu avaient l’impression de n’avoir aucune option face à des actes de violence commis par un proche ou un membre de leur famille.

Que feriez-vous si un membre de votre famille usait de violence envers vous ?

  • J’aurais espoir que la situation s’améliore.
  • J’accepterais la situation, vu que je ne peux rien y faire.
  • Je demanderais conseil à un service d’assistance.
  • J’appellerais la police, c’est un crime d’infliger des blessures physiques à une personne.

Plusieurs avaient l’impression que la meilleure solution serait d’attendre que les actes de violence diminuent et bien que nous comprenions les raisons justifiant une telle attitude, nous aimerions vous révéler que des options existent pour vous qui seriez face à ce genre de situation.

Peu importe les circonstances, vous devez toujours vous rappeler que vous n’êtes pas coupable parce que rien de ce que vous pourriez dire ou faire ne justifie qu’on use de violence envers vous, d’accord ? Espérer que la violence cesse pourrait vous sembler la solution la plus raisonnable, mais, malheureusement, cela vous expose à plus de risques, surtout si l’agresseur n’a pas l’intention de changer.

Il est important de noter que, quelle que soit la personne qui vous fait du mal (et/ou d’autres membres de la famille), quelque chose de brisé en elle la fait souffrir. Sa guérison revêt également une importance capitale, malgré le fait qu’il ne vous appartient pas de lui trouver de l’aide.

Qui contacter si je me retrouve dans la situation d’une victime de violence ?

Avant de rechercher résolument une solution au problème, vous devrez être honnête envers vous-même en ce qui concerne les violences que vous subissez et reconnaître les dangers liés au fait de vivre avec un membre de votre famille avec qui vous n’êtes pas en sécurité. En parler pourrait s’avérer vraiment difficile, surtout si vous n’en aviez jamais rien dit auparavant ou si vous n’aviez jamais montré les signes, mais c’est important d’en parler à une personne de confiance qui sera votre soutien pendant que vous vivez cette situation, donc n’ayez jamais honte de chercher de l’aide.

Vous pouvez également prendre le temps de réfléchir à la possibilité d’engager des poursuites contre l’agresseur. Dans ce cas, il serait alors sage de conserver des preuves des actes de violence. Si la violence est physique, prendre des photographies et les conserver dans un lieu secret. Si la violence est verbale, faire des captures d’écran des messages ou enregistrer vos conversations afin de recueillir des preuves (il est important de les conserver dans un lieu sûr et secret).

Il pourrait s’avérer utile de prévoir un plan d’urgence pour les situations imprévisibles où vous devrez vous enfuir précipitamment. Premièrement, prévoir le lieu où vous irez le moment venu et peut-être avoir un téléphone de secours disposant d’une série de numéros d’urgence importants. Conserver à portée de main un sac contenant des effets essentiels, notamment de l’argent liquide, des pièces d’identité et du gaz poivré. Ne jamais révéler à l’agresseur que vous avez l’intention de vous échapper et garder le sac d’urgence dans un lieu secret.

Une fois que vous réussissez à vous mettre à l’abri et sentez qu’il n’y a pas de retour en arrière possible, souvenez-vous en premier lieu des raisons qui vous ont fait partir. Garder à l’esprit que l’auteur des violences vous recontactera et essayera de vous convaincre de retourner avec lui. Il s’agit d’une forme de manipulation et vous ne devez à votre agresseur ni une rencontre ni un face-à-face, peu importe à quel point vous l’aimez.

Enfin, SE RÉCONCILIER AVEC SOI-MÊME. Essayer de surmonter les traumatismes et de vous pardonner de vous être mis(e) dans cette situation. Ne jamais oublier : vous pouvez toujours obtenir de l’aide.

Nous possédons une liste de ressources pour ceux et celles qui cherchent de l’aide ici.



comments

ou pour commenter