La "chaude pisse" tu connais ?

Actualités

By Edvin Sica

23/10/2019

On te dit tout !

De toutes les infections sexuellement transmissibles, la « chaude pisse » est celle qui est souvent récurrente. La « chaude pisse », de son vrai nom gonococcie ou blennorragie, encore appelée gono tout simplement, est une affection connue depuis bien longtemps.

C’est une infection sexuellement transmissible (IST) causée par une bactérie du nom de Neisseria gonorhea. Elle se transmet très facilement par contact sexuel avec ou sans pénétration, que ce soit vaginal, anal ou buccal. Les hommes sont beaucoup plus touchés par cette IST que les femmes et la tranche d’âge la plus concernée est celle des 15-24 ans.

Comment se manifeste l’infection ?

Elle se manifeste généralement par une inflammation de l’urètre qui est un constituant de l’appareil génital. En français parlé ivoirien, on aurait dit « le bout de ton sexe te brûle ». Elle peut être asymptomatique, c’est-à-dire ne présenter aucun symptôme et passer inaperçue. Mais lorsqu’elle décide de s’exprimer, voilà un peu ce qui se passe :

  • Chez les hommes, ce sera des douleurs et brûlures au moment d’éjaculer ou de faire pipi, d’où le nom de « chaude pisse », des difficultés à uriner, des gonflements au niveau des testicules et des écoulements bizarres qui tachent le slip (quand ça ne colle pas carrément). Cela peut également être beaucoup plus inquiétant lorsque cela touche les testicules ou la prostate.
  • Chez les femmes, il y aura des écoulements vaginaux verdâtres parfois associés à des brûlures et des douleurs pelviennes (des douleurs au bas-ventre comme on dit couramment).

Si la gonococcie n’est pas vite prise en charge, cela peut conduire à la stérilité, surtout chez la femme. Le diagnostic se fait au laboratoire par un prélèvement urinaire ou vaginal, et le traitement doit être mis en route par un spécialiste de la santé le plus tôt possible.

Conseil du jour

L’unique moyen d’éviter l’infection consiste à se protéger lors des rapports sexuels par l’utilisation de préservatifs. Nous sommes responsables de notre bien-être et il est de notre devoir, à chacun, de nous protéger et de protéger notre partenaire.

Du coup, si après consultation l’agent de santé vous confirme que vous avez la gonococcie, il est fort probable qu’il vous recommande de faire un traitement à deux, c’est-à-dire, vous et votre partenaire pour éviter les récidives. Il est important aussi de prévenir vos précédents partenaires afin qu’ils/elles soient traité.es aussi.

Vous pensez avoir les symptômes de la gono ? Si vous avez des doutes, n’attendez plus et rendez-vous dans le centre de santé le plus proche afin d’éviter des complications !



comments

ou pour commenter