Tout savoir sur l’autotest

Actualités

By Amenan Tanoh

29/07/2021

Lancé fin 2015 dans le monde, l’autotest de dépistage du VIH est moyen fiable de dépistage encore très peu connu.

Promu en Côte d’Ivoire par le projet Atlas, il est l’une des thématiques clés de la saison 2 de ta série préférée MTV Shuga Babi. On le voit d’ailleurs apparaître dans le premier épisode quand Eslie décide de se faire tester à nouveau 3 mois après sa prise de risque avec Matéo.

L’autodépistage du VIH est un processus par lequel une personne prélève elle-même l’échantillon (fluide oral ou sang), effectue le test pour le VIH, puis interprète son résultat, souvent dans un cadre privé, seule ou avec une personne de confiance. L’autotest de dépistage du VIH est un outil innovant qui favorise l’autonomisation du patient, permet de diagnostiquer davantage de personnes séropositives. Il permet d’atteindre des populations qui jusque-là n’avaient pas accès au dépistage du fait notamment des barrières d’accès à la santé comme la discrimination, la stigmatisation, la distance ou le coût.

Il est important de rappeler que l’autotest de dépistage ne délivre pas un diagnostic définitif. C’est un test d’orientation rapide dont le résultat doit être confirmé dans un centre de santé. Il reste cependant très fiable. Les résultats de l’autotest sont valables pour les prises de risque datant au moins de 3 mois.

Actuellement, il existe deux types d’autotest :

  • L’autotest oral effectué avec le prélèvement de la salive sur la gencive avec une spatule. Ce test détecte les anticorps que l’organisme développe une fois infecté par le VIH (VIH-1 ou 2). Il ne détecte pas les particules virales.
  • L’autotest sanguin effectué avec le prélèvement d’une goutte de sang sur le doigt. Il se rapproche beaucoup plus des tests de dépistage classiques effectués dans les centres de santé par son procédé.

L’autotest s’adresse en priorité à ceux qui ne veulent pas se rendre dans les centres de dépistage ou chez le médecin, de crainte d’être stigmatisé ou d’avoir à répondre à des questions sur leur sexualité, et à ceux qui sont géographiquement trop éloignés de ces centres. Il permet de se dépister soi-même où l’on veut.

Pour l’heure, il n’est pas encore accessible à tous en Côte d’Ivoire, mais le sera très prochainement.


comments

ou pour commenter