Shuga Babi

LES AGRESSIONS SEXUELLES / LES VIOLENCES SEXISTES

LES AGRESSIONS SEXUELLES / LES VIOLENCES SEXISTES

Personne ne devrait souffrir en silence

Les agressions sexuelles et les violences sexistes sont des thèmes qui reviennent tout au long de MTV Shuga. Bien que cela soit clairement défini à l’écrit, la notion d’agression sexuelle est bien plus difficile à cerner dans la réalité...

Les violences sexistes et les agressions sexuelles désignent toute forme de préjudice physique, psychologique et/ou sexuel subi par une personne en raison de son genre, qu’il s’agisse de personnes de sexe masculin ou féminin. Les menaces de violence, la manipulation et la coercition à l’égard d’une personne sont également des types préoccupants de violences sexistes.

Ce qui est important, c’est de savoir qu’avoir des rapports sexuels est un choix. Se trouver forcé d’avoir des rapports sexuels avec une personne sous l’effet de la violence (ou de menaces d’y recourir), de manipulations ou de tout autre moyen de contrainte est illégitime. Rien ne justifie le fait de priver une personne de sa liberté de choisir avec qui elle désire avoir des rapports sexuels. Outre le préjudice émotionnel et psychologique subi, cette privation peut également entraîner des conséquences à long terme sur la santé physique de la personne concernée.

La non-utilisation du préservatif pendant les cas d’agressions sexuelles pose un grave problème. Le fait d’être contraint à avoir des rapports sexuels réduit vos chances de pouvoir négocier votre protection et de vous assurer que la personne en face porte un préservatif. Une telle situation peut aboutir à des grossesses non désirées, à des IST et à une infection au VIH.

Bien que les violences sexistes concernent aussi bien les hommes que les femmes, il est indéniable que les jeunes filles et les femmes sont de loin celles qui subissent le plus d’agressions sexuelles. C’est le cas dans le monde entier. 1 femme sur 3 subit des violences physiques ou sexuelles à travers le monde.

En Afrique du Sud, 42 696 femmes ont déclaré avoir été violées en 2015/16. Ce chiffre impressionnant ne reflète pourtant pas la réalité en ce qui concerne les agressions sexuelles, vu que moins de 40 % des femmes victimes de violence dans le monde signalent l’incident à la police. Ces statistiques varient d’un État à l’autre, et une étude menée à Gauteng en Afrique du Sud a révélé que seulement 3,9 % des femmes violées avaient signaler le délit.

Les violences sexistes ont un effet dévastateur sur la victime. La situation est bien pire encore si vous avez le sentiment que vous n’avez nulle part où vous plaindre. Si vous ou une de vos connaissances en avez été victimes, sachez qu’il existe des personnes disposées à vous aider. Qu’il s’agisse d’en parler à un(e) ami(e), de déposer une plainte dans un commissariat de police ou de rencontrer un professionnel de la santé, l’aide est toujours à portée de main. Personne ne devrait souffrir en silence.

Related Issues: